Liège – Tongres
23 km

Une belle randonnée qui traverse la frontière linguistique et mène à la plus ancienne ville de Belgique.
Julienne l’a parcourue en pèlerinage vers Notre Dame de Tongres.

Tongres jongle avec le temps. Si la plus vieille ville de Belgique peut se targuer d’avoir un patrimoine historique qui illustre la richesse du passé, elle n’en regorge pas moins de boutiques branchées, d’établissements horeca modernes et de restaurants étoilés. De quoi conjuguer l’avenir au présent.

Liege-Tongres

http://board.cirkwi.com/circuits/mes_circuits/#cdf_id_circuit=53485

Tongres est le plus grand complexe archéologique des Pays-Bas méridionaux. Les curiosités historiques se succéderont à un rythme effréné sur votre route : des remparts romains aux tours médiévales, en passant par l’imposante basilique gothique et le charmant béguinage. Couronné « musée européen de l’année » en 2011, le Musée gallo-romain vous révèle les secrets d’un lointain passé limbourgeois.

Historiek sAmbiorix est un chef des Éburons, un peuple gaulois du nord de la Gaule (Gaule belgique dans la terminologie antique). Selon Jules César, il partageait ce commandement avec Catuvolcos « roi de la moitié des Éburons ». Les Éburons sont établis « entre la Meuse et le Rhin » selon César, dans la région de Tongres – à l’époque Atuatuca Tungrorum, située « au centre du territoire » – ainsi que dans l’Ardenne et en Campine.

Ambiorix infligea une cinglante défaite aux légions romaines en 54 av. J.-C., peut-être dans la vallée du Geer. Il passe pour un chef rusé, qui réussit à échapper à César. Ambiorix est devenu un des héros nationaux de la Belgique dans la deuxième moitié du xixe siècle, porté par le même mouvement nationaliste et romantico-historique que celui qui toucha Vercingétorix pour les Français.

Tongres à l’époque de ste Julienne

La ville de Tongres est le berceau du diocèse de Liège, puisque c’est cette ville romaine qui donna son nom au siège du premier évêque de la région, saint Servais (qui décéda vers 359). Le siège de l’évêché fut rapidement transféré à Maestricht, à cause de la destruction de Tongres par les invasions du 5ème siècle. Il sera installé à Liège suite au transfert des reliques de saint Lambert de Maestricht à Liège par saint Hubert en 718. L’évêque de Liège portera régulièrement jusqu’au 13ème siècle le titre d’episcopus Tungrorum. La collégiale Notre-Dame était un centre de pèlerinage à l’époque de sainte Julienne. En 1240, on commença à construire l’église gothique qu’on connaît aujourd’hui. C’est pratiquement l’époque à laquelle Julienne s’y est rendue (entre 1238 et 1241). Cf. H. BAILLIEN, Tongeren: van Romeinse stad tot middeleeuwse stad, 1979.

Extrait de la vita I, 12

« Au cours d’un autre pèlerinage, le diable renverse le chariot qui véhiculait Julienne et ses compagnes

Ce pèlerinage de Cologne achevé, elle ajouta la visite des églises de la glorieuse Vierge Marie de Tongres et de Saint-Servais de Maestricht, de manière à multiplier les intercesseurs et à obtenir plus tôt ce qu’elle désirait. Et comme elle commençait ce voyage avec ses compagnes, le diable vit avec envie que l’affaire de cette solennité allait aboutir grâce à la sollicitude et l’insistance de sa prière. Il fut pris d’une telle fureur qu’il renversa méchamment le chariot qui conduisait la vierge du Christ avec ses compagnes, sur une belle route plate, en se montrant comme la cinquième roue du char. Lui, qui ne pouvait pas nuire à leurs âmes, s’efforçait, au moins, de faire périr leurs corps. Et pourtant, les servantes du Christ, lorsqu’elles tombèrent de la voiture en marche, ne se blessèrent pas, car le Seigneur les soutenait de sa main. »