Liège – Tongres
25 km

Une belle randonnée qui traverse la frontière linguistique. Elle relie la plus ancienne ville de Belgique: Atuatuca Tungrorum devenu Tongres à Liège (anc. Leodium), ville aux confluents de la Meuse et de l’Ourthe qui récolte toutes les eaux du plateau des Fagnes et des Ardennes.

Julienne l’a parcourue en pèlerinage vers Notre Dame de Tongres.

Tongres jongle avec le temps. Si la plus vieille ville de Belgique peut se targuer d’avoir un patrimoine historique qui illustre la richesse du passé. Capitale nord des Gaules, cité d’Ambiorix, chef des éburons, dont César dit qu’ils étaient les plus braves. Visitez son célèbre beffroi, la basilique Notre-Dame et le musée Gallo-Romain. Elle n’en regorge pas moins de boutiques branchées, d’établissements horeca modernes et de restaurants étoilés. De quoi conjuguer l’avenir au présent.

Liège est la ville qui ne dort jamais. Connue pour son hospitalité et la chaleur de ses habitants, elle campe à la croisée des mondes latins et germains. Ville des cent clochers, cité des prince-évêques, elle est le berceau de nombreuses inventions, à commencer par la dynamo de Zenobe Gramme ou des pieux Franki. Noeud logistique international, profitez d’une balade en bateau ou visitez l’archeoforum place saint Lambert.

http://board.cirkwi.com/circuits/mes_circuits/#cdf_id_circuit=127852

Départ de Liège

Départ au sanctuaire de sainte Julienne de Cornillon

Point de vue depuis la Citadelle de Liège

Vue époustouflante sur la cité de Liège

Terril de sainte Barbe et Tonne

Le terril Sainte-Barbe et Tonne est situé en Hesbaye liégeoise, à deux kilomètres au nord du centre-ville de Liège. Avec d’autres terrils de la région, il représente un témoin physique de l’activité des charbonnages qui marqua profondément la région entière durant plus de deux siècles. Il apparaît actuellement comme une imposante colline en grande partie boisée dominant les quartiers densément bâtis de Sainte-Walburge et Xhovémont. Le site constitue ainsi un ilôt de nature servant de refuge pour une flore et une faune d’une diversité insoupçonnée. A titre d’exemple, plus de 140 espèces de plantes supérieures y ont été recensées, dont la petite pyrole (Pyrola minor) et une plante aquatique rarissime au nord du sillon sambro-mosan, la callitriche à crochets (Callitriche hamulata). On demeure par contre mal informé sur les animaux qui peuplent le site. Parmi les quelques espèces d’interêt patrimonial recensées à ce jour figurent deux amphibiens, l’alyte accoucheur (Alytes obstetricans) et le crapaud calamite (Bufo calamita), ce dernier, signalé jusqu’à la fin des années 1990, a cependant peut-être disparu en raison de la fermeture du milieu par boisement.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l’accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Prison de Lantin

Conçu sur base des modèles américains et allemands, l’établissement pénitentiaire de Lantin a remplacé l’ancienne prison Saint-Léonard de Liège. Les travaux ont débuté en avril 1973. La prison a été officiellement inaugurée le 17 décembre 1979 et occupée précipitamment suite à la destruction par une mutinerie de la prison Saint-Léonard.

C’est le plus grand établissement du pays et il est, par conséquent, fractionné en entités distinctes : une maison d’arrêt, une maison de peines, une section pour femmes, une section psychiatrique et une polyclinique. La prison dispose également d’une section d’exécution de mesures de sécurité particulières individuelles.

https://justice.belgium.be/fr/themes_et_dossiers/prisons/prisons_belges/prisons/plus_d_infos/lantin

Station d’épuration de Wihogne

Située à la frontière entre Vlaanderen et Wallonie, c’est une petite station d’épuration (9200 équivalents-habitants) des boues activées à faible charge. Elle est située à Juprelle.

 

 

Château Hamal à Rutten

D’après Gilbert Brugmans (traduit par nous): ‘Ce château date du 12ième siècle, et a été cassée plusieures fois par les Liégeois. Les seigneurs étaient les Hamals, Alsteren, Ghoor la Marck, Gavre, van der Heyden a Blisia, de Haixhe, de Goér de Herve, de Senzeille, pour arriver au propriétaire contemporain: Hemicourt de Grunne.’ Le donjon lourd est Roman. Il date du 12ième siècle est est construit en du silex. Les Comtes de Hamal, maîtres des lieux entre 1567 et 1852 restructurent profondément l’ancienne forteresse et ferme d’origine médiévale, réduisant les fonctions défensives à un socle.Les tours au côté sud avec les toîts spéciales datent de 1770. C’est une propriété privée.

www.beauxvillages.be/a-faire/patrimoine-monuments/chateau-des-comtes-de-hamal-propriete-privee.htm?lng=fr

Arrivée à Tongres – Tongeren

Tongres est le plus grand complexe archéologique des Pays-Bas méridionaux. Les curiosités historiques se succéderont à un rythme effréné sur votre route : des remparts romains aux tours médiévales, en passant par l’imposante basilique gothique et le charmant béguinage. Couronné « musée européen de l’année » en 2011, le Musée gallo-romain vous révèle les secrets d’un lointain passé limbourgeois.

Historiek sAmbiorix est un chef des Éburons, un peuple gaulois du nord de la Gaule (Gaule belgique dans la terminologie antique). Selon Jules César, il partageait ce commandement avec Catuvolcos « roi de la moitié des Éburons ». Les Éburons sont établis « entre la Meuse et le Rhin » selon César, dans la région de Tongres – à l’époque Atuatuca Tungrorum, située « au centre du territoire » – ainsi que dans l’Ardenne et en Campine.

Ambiorix infligea une cinglante défaite aux légions romaines en 54 av. J.-C., peut-être dans la vallée du Geer. Il passe pour un chef rusé, qui réussit à échapper à César. Ambiorix est devenu un des héros nationaux de la Belgique dans la deuxième moitié du xixe siècle, porté par le même mouvement nationaliste et romantico-historique que celui qui toucha Vercingétorix pour les Français.

Retour en train

Pour le retour, le plus simple est de prendre le train, toutes les heures et le trajet ne dure que 37 minutes entre les gares de Tongres et de Liège-Guillemins.
Départ de Liège toutes les heures 23 minutes (et 11 minutes les jours de congé), arrivée les heures 59 minutes.
Départ de Tongres toutes les heures 1 minutes (et 13 minutes les jours de congé), arrivée les heures 37 minutes.
Vérifiez bien au préalable sur : https://www.belgiantrain.be

Tongres à l’époque de ste Julienne

La ville de Tongres est le berceau du diocèse de Liège, puisque c’est cette ville romaine qui donna son nom au siège du premier évêque de la région, saint Servais (qui décéda vers 359). Le siège de l’évêché fut rapidement transféré à Maestricht, à cause de la destruction de Tongres par les invasions du 5ème siècle. Il sera installé à Liège suite au transfert des reliques de saint Lambert de Maestricht à Liège par saint Hubert en 718. L’évêque de Liège portera régulièrement jusqu’au 13ème siècle le titre d’episcopus Tungrorum. La collégiale Notre-Dame était un centre de pèlerinage à l’époque de sainte Julienne. En 1240, on commença à construire l’église gothique qu’on connaît aujourd’hui. C’est pratiquement l’époque à laquelle Julienne s’y est rendue (entre 1238 et 1241). Cf. H. BAILLIEN, Tongeren: van Romeinse stad tot middeleeuwse stad, 1979.

Extrait de la vita I, 12

« Au cours d’un autre pèlerinage, le diable renverse le chariot qui véhiculait Julienne et ses compagnes

Ce pèlerinage de Cologne achevé, elle ajouta la visite des églises de la glorieuse Vierge Marie de Tongres et de Saint-Servais de Maestricht, de manière à multiplier les intercesseurs et à obtenir plus tôt ce qu’elle désirait. Et comme elle commençait ce voyage avec ses compagnes, le diable vit avec envie que l’affaire de cette solennité allait aboutir grâce à la sollicitude et l’insistance de sa prière. Il fut pris d’une telle fureur qu’il renversa méchamment le chariot qui conduisait la vierge du Christ avec ses compagnes, sur une belle route plate, en se montrant comme la cinquième roue du char. Lui, qui ne pouvait pas nuire à leurs âmes, s’efforçait, au moins, de faire périr leurs corps. Et pourtant, les servantes du Christ, lorsqu’elles tombèrent de la voiture en marche, ne se blessèrent pas, car le Seigneur les soutenait de sa main. »