Découvrez le village d’Evegnée-Tignée

En collaboration avec www.evegnee-tignee.be

La chapelle d’Evegnée

La chapelle d’Evegnée, monument classé, dont l’aspect actuel date en grande partie de 1695, a été restaurée en 1992. A ses pieds s’étend le cimetière dont le mur d’enceinte abrite un tilleul pluriséculaire. Ce mur est orné à l’avant d’une grille en fer forgé et d’un portail du XIXème.

Chapelle d'Evegnée
Chapelle d’Evegnée

Cette chapelle d’architecture romane est construite en grès houiller et ceinturée d’un cordon de tuffeau. Dans le soubassement s’incrustent des croix provenant de l’ancien cimetière. Les murs sont percés de fenêtres à arcature en plein cintre. A l’avant, une tour carrée, trapue et massive, surmonte un mur aveugle. Un porche de 1695 y accolé donne accès à l’intérieur. Celui-ci, très simple, se compose d’une nef unique prolongée par une abside à trois pans.

Le mobilier et les peintures datent de la fin du XVIIème et du XVIIIème siècles. Le plafond à caissons peints de 1925 est l’œuvre de J.Cambresier.

La célèbre statue en chêne « Sedes Sapientiae », Marie, trône de Sagesse, a contribué au rayonnement de la chapelle depuis des siècles. Une seconde madone, d’époque gothique début XIVème, à l’apparence moins austère, trône à gauche du chœur.

Sedes Sapientiae dite »Vierge d’Evegnée », patrimoine mobilier majeur

Sedes Sapientia - Vierge d'Evegnée
Sedes Sapientia – Vierge d’Evegnée

Hauteur 46,5 cm ; Largeur 21,5 cm. Chêne sculpté et polychromé.

Vierge en majesté. Cette oeuvre peut être considérée comme l’une des plus anciennes Sedes Sapientiae mosanes. De facture archaïque, le groupe marial est conçu comme une sorte d’idole, obéissant à la loi de la frontalité.

Les reliefs sont réduits à leur plus simple expression. La Vierge semble faire corps avec le siège sur lequel elle repose; sa main droite tient un globe. L’enfant bénit et tient un livre. Provient de la chapelle d’Evegnée.

La célèbre « Sedes Sapientiae » en chêne à l’aspect hiératique se trouve aujourd’hui au musée du Grand Curtius. Une réplique en céramique polychrome, réalisée par le sculpteur N.Randaxhe, repose sur la chaire de vérité.

Le circuit des potales

Au départ de la chapelle, Une promenade des potales de +/- 3km nous fera découvrir plusieurs belles potales anciennes. Ce sont de petites niches intégrées à la maçonnerie, le plus souvent au-dessus de la porte d’entrée. Un plan sera réalisé.( au verso du plan une description des potales).

Potale d'Evegnée 1737
Potale d’Evegnée 1737

Le village compte nombre de potales dans les murs de ses maisons, partez à la chasse de ces trésors parfois (bien) cachés… Le terme « potale » provient du wallon et signifie « petit trou, petit creux, petite fosse ». Ceux qui, dans leur enfance ont joué aux billes, se souviennent qu’avant de débuter une partie, il fallait creuser « la pote ». On admire aussi les mains « potelées » des bébés. Actuellement, le terme « potale » désigne une niche contenant une statuette de la Vierge ou d’un Saint.

Découvrez le parcours sur ce plan interactif créé par Michèle Mahieu:

Voici la description des potales:
http://www.evegnee-tignee.be/#!Les-potales-du-village/yeoc1/5657309c0cf277f55b2eea61

Il en existe de plusieurs sortes. Qui ne connaît les potales d’Outre-Meuse : petites chapelles de bois contenant une statue de Marie et que ponctue chaque 15 août l’itinéraire d’une célèbre procession ?
Dans certaines campagnes, on rencontre parfois des édicules souvent en pierre surmontés d’une niche avec statue. Ce genre n’existe pas à Evegnée-Tignée.

La Vierge de l’école de Jean Del Cour

Statue de la vierge du Magnificat école de Jean Del Cour
Statue de la vierge du Magnificat école de Jean Del Cour

Sur la place du Magnificat à Tignée, on ne peut que s’étonner de découvrir cette statue au caractère monumental d’une hauteur de 2,25 mètres qui pèse environ une tonne. Elle trône sur un socle de style Louis XIV haut de deux mètres, elle a été coulée par la Compagnie des Bronzes de Bruxelles.

Deux dates apparaissent en relief sur la face avant : 1706 (date probable de la sculpture par l’école de Del Cour) et 1930 ( date de l’inauguration de la statue). Elle représente la Vierge dite « du Magnificat » ( à la gloire de la Vierge Marie) et est semblable à la statue qui domine la fontaine en Vinâve d’Ile à Liège.

Mais comment cette idée grandiose avait-elle germé pour réaliser un tel monument ?

Dans le jardin du presbytère, le Curé de la paroisse découvrit un jour une petite statue en terre cuite posée sur brique branlante et en très mauvais état. La tête arrachée reposait sans cou à même les épaules. De plus, la main droite était absente. L’enduit blanchâtre qui la recouvrait avait été souillé par les intempéries.

Après expertise et restauration, cette statuette de 52 centimètres de hauteur fut attribuée à l’école du sculpteur liégeois Jean Del Cour (1631-1707). Elle proviendrait de la primitive chapelle de Tignée située au centre du cimetière actuel.

En 1930, toute la Belgique s’apprêtait à célébrer grandiosement le centenaire de l’indépendance, et partout se formaient des comités de fête. Le Curé du village, Monsieur Mélon, eut l’idée de placer au centre du village, entre les tilleuls, une statue en bronze de la Vierge.

Cette journée du Patrimoine 2016 est notamment portée par Michèle Mahieu & Guy Massart.

Plus d’informations sur le site : www.evegnee-tignee.be